Fiche Bon Samaritain

  • Les lévites et les prêtres: ce sont des membres de l'ancienne tribu de Lévi, chargés des fonctions sacerdotales à des titres divers. S'ils passent à côté du blessé, ce n'est pas par mépris ou indifférence, le problème est ailleurs : le contact avec un blessé (le sang) les auraient conduis à un état d’impureté rituelle. Il auraient donc été empêchés d'effectuer leur service au Temple. En respectant scrupuleusement la loi, ils croient mettre Dieu au-dessus de tout. Jésus inverse la proposition : c'est en aimant l'homme qu'on met Dieu par-dessus tout, même si ça oblige à ne pas respecter la loi

  • Les samaritains: au temps de Jésus, les Juifs considèrent les Samaritains comme des schismatiques et même comme des païens qu’il est interdit de fréquenter et auxquels on ne doit demander aucun service. Ils reconnaissaient la loi de Moïse mais pas les prophètes et surtout ils ont provoqué un schisme intolérable en construisant au sommet du mont Garizim, un temple concurrent de celui de Jérusalem. Proposer un samaritain en exemple face à deux prêtres relève de la provocation !

Autant la description du comportement du prêtre et du lévite sont sèches, autant celle du samaritain comporte de nombreux exemples d'humanité : il a pitié (pas dans le sens classique, mais dans la signification biblique du terme : il est bouleversé au plus profond de lui-même) ; il soigne le blessé (l'huile adoucit comme les corps gras qu'on utilise actuellement pour assouplir ou pour protéger la peau, le vin est un alcool pas très concentré mais c'est un désinfectant) ; il fait monter le blessé sur sa monture (pas forcément un cheval) et lui va à pied ; il confie le blessé à l'aubergiste et paie pour lui et promet de compléter, sans rien savoir du blessé ni de ses chances de récupérer son argent.

Que faut-il faire pour avoir la vie éternelle ? La loi et la foi sont secondaires, l'essentiel est d'aimer. Il fallait oser le dire.